Actualités

Lorsque le monde de l’informatique quantique rencontre le monde des brevets !

BrevetsTechnologie
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Lorsque le monde de l’informatique quantique rencontre le monde des brevets !

De nombreux experts estiment que la prochaine révolution technologique, après celle de l’IA, sera celle de l’informatique quantique ! Véritable tsunami dans le domaine des technologies du numérique, l’informatique quantique est comparée par certains à la découverte de l’électricité !

Tous les secteurs en profiteront et en particulier le domaine de l’IA, qui trouvera dans la puissance de l’informatique quantique, une hormone de croissance sans précédent !

Et qui dit technologie de rupture, dit brevets ! En effet, le monde industriel sait depuis longtemps que c’est en grande partie au travers d’une stratégie de propriété intellectuelle optimisée que se construisent la croissance et le succès !

Aujourd’hui, plus que jamais sans doute, la propriété intellectuelle est une pierre angulaire de l’économie. Et toute révolution technologique passe invariablement par le monde des brevets !

Alors que la brevetabilité de l’IA est parfois rendu complexe du fait de sa parenté avec les méthodes mathématiques, l’informatique Quantique a un avantage indéniable en termes de brevetabilité : c’est son caractère technique au sens de la jurisprudence en matière de brevets. En effet, que cela soit à base de circuits quantiques supraconducteurs, de pièges à ions, ou encore de NV centers (nitrogen-vacancy centers), ou bien également de cavités quantiques électromagnétiques (CQED), pour n’en citer que quelques-unes, toutes ces technologies reposent sur un socle solide de domaines techniques rentrant pleinement dans le champ du brevetable.

Le revers de la médaille se rencontre dans le reflexe pour les publications scientifiques, bien trop souvent destructrices de la nouveauté et auxquelles les chercheurs, pionniers dans le domaine de l’informatique quantique, sont tellement habitués. La publication scientifique peut être la meilleure comme la pire des amies pour le brevet. Tout dépend de son timing mais également de son contenu. Il n’en demeure pas moins que comme tous secteurs technologiques hérités des recherches scientifiques de pointes, la prudence est de mise lorsque l’on aborde le sulfureux couple publication scientifique et brevet !

Le revers de la médaille se trouve également dans la nécessité pour le rédacteur d’une telle demande de brevet de disposer d’un bagage scientifique à la hauteur. En effet, il n’est plus question de technologies communes que l’on a pu étudier dans n’importe quelle école d’ingénieur ou via n’importe quel cursus universitaire. Alors que les filaires propres au monde quantique commencent à apparaitre dans certaines grandes écoles et revêtent une dimension de plus en plus applicative dans le paysage universitaire, peu d’ingénieurs brevets ont, à ce jour, la formation scientifique adaptée pour ce type de rédaction, mais également pour l’accompagnement stratégique des inventeurs dans leur quête entrepreneuriale.

Néanmoins, le nombre de publications de demandes de brevet incluant des mots comme « quantum computing », « qubit », « quantum simulation », …etc… ne cesse d’augmenter comme en témoigne le graphique suivant :

nombre de publications de demandes de brevet incluant des mots comme « quantum computing », « qubit », « quantum simulation »

On notera d’ailleurs que la Coopérative Patent Classification (CPC) répertorie ces technologies sous le code : G06N99/002.

Sans grande surprise, les pays en tête du nombre de dépôt de brevets dans le domaine de l’informatique quantique sont les USA loin devant la Chine et le Japon ! Mais attention, cela ne vaut que dans le cas de l’informatique quantique ! Car dès lors que l’on parle d’applications quantiques du type communication quantique, cryptographie quantique ou encore algorithme quantique, la Chine prend la tête de la course !

  • Nombre de demandes de brevets publiées par pays de premier dépôt (dépôt prioritaire) relatives à l’informatique quantique :
Nombre de demandes de brevets publiées par pays de premier dépôt (dépôt prioritaire) relativement à l’informatique quantique
  • Nombre de demandes de brevets publiées par pays de premier dépôt (dépôt prioritaire) relatives aux applications de communication quantique, cryptographie quantique ou encore algorithmes quantiques :
Nombre de demandes de brevets publiées par pays de premier dépôt (dépôt prioritaire) relativement aux applications de communication quantique, cryptographie quantique ou encore algorithmes quantiques

Une chose est donc certaine, la course pour la suprématie de l’informatique quantique est lancée et il suffit de voir les montants des dernières levées de fond des startups dans ce domaine technologique pour comprendre l’engouement des investisseurs et des porteurs de projets à vouloir sécuriser leur propriété intellectuelle, des investisseurs clairvoyants et des porteurs de projets bien souvent atypiques car provenant de la recherche scientifique de très haut niveau !

Il est donc essentiel que les conseils en propriété industrielle (CPI) développent de nouvelles compétences techniques propres au monde quantique.

Ici, au sein de l’équipe d’HAUTIER IP, nous avons su investir dans cette compétence. Lors de mon recrutement en 2014, HAUTIER IP avait misé sur mon doctorat en Nano-électronique Quantique comme outil compétitif. Depuis, l’équipe s’est renforcée avec des profils de docteurs en science des matériaux, pierre fondatrice de nombreuses technologies quantiques.

Plus que jamais, le monde quantique nous montre combien la propriété intellectuelle est génératrice d’innovation et de transformation, pour les déposants comme pour les CPI !

Source :  https://patinformatics.com/quantum-computing-report/